Réduire l’empreinte carbone de votre hébergement de serveur

L’industrie de l’hébergement de serveurs est grosse consommatrice d’énergie.
A ce titre, en tant que clients de cette industrie, nous avons tous un rôle à jouer pour limiter l’empreinte carbone de notre activité numérique.

Au delà des chiffres souvent fantaisistes que l’on peut voir sur la consommation énergétique des emails ou des services de streaming, il existe une action toute simple que à mettre en oeuvre pour réduire la pollution générée par vos serveurs : migrer vers l’électricité bas carbone.

Écartons pour l’instant les considérations sur la fabrication, le transport et le recyclage des serveurs, et examinons la pollution liée au fonctionnement de nos machines.

Un serveur consomme de l’électricité de deux manières : sa consommation directe, et sa consommation indirecte.

La consommation directe, c’est l’électricité nécessaire pour faire fonctionner les éléments internes de la machine :

  • le transformateur et le ventilateur de l’alimentation
  • les processeurs CPU et éventuellement GPU
    Les consommations des différents types et générations de processeurs sont très variables – celle ci sont indiquées dans les spécifications des constructeurs. Le choix d’un processeur « efficient » impactera beaucoup votre consommation directe.
  • les différentes cartes (motherboard, cartes réseaux, RAM, etc)
  • les supports de stockage
    Les disques durs mécaniques consomment une énergie importante, même pour une faible utilisation. Les disques SSD consomment considérablement moins d’énergie ! Préférez donc des serveurs uniquement SSD pour réduire votre consommation directe.
  • la ventilation interne du serveur
    Plus le serveur chauffe, plus il faut le ventiler : en choisissant un processeur à faible consommation et en supprimant les disques mécaniques, vous produisez moins de chaleur, et vous consommez donc moins d’énergie à l’évacuer.

La consommation indirecte, c’est l’électricité nécessaire pour faire fonctionner l’environnement du serveur :

  • toute la consommation « périphérique » du datacenter et notamment la climatisation des salles machines
    Les datacenters n’ont pas tous la même consommation périphérique : l’indicateur du Power Usage Effectiveness (PUE) est un critère intéressant.
    Les datacenters modernes, situés dans des pays ‘froids’ ou tempérés utilisent notamment le Free Cooling, c’est à dire l’utilisation d’un air extérieur froid ou d’une eau fraîche pour évacuer les calories, ce qui est beaucoup moins énergivore que le refroidissement par des climatiseurs classiques.
    Certains datacenters « recyclent » la chaleur produite pour chauffer des bâtiments, mais ces initiatives restent marginales.
  • les éléments de réseau qu’utilise le serveur pour acheminer les flux vers vos usagers
    Plus votre serveur est éloigné de ses usagers, plus vous utilisez de routeurs et répéteurs au long des parcours.

La somme de ces deux consommations électriques est importante ! N’oublions pas que nos serveurs sont allumés en permanence, pour des années.

Le cumul est impressionnant : pour un serveur de 250 Watts, dans un datacenter avec un PUE 1,10, allumé pendant 1 an,
365*24*250*1.2 = 2628 KwH ! Soit plus que la consommation annuelle d’un ménage : 2 350 kWh

 

Une électricité plus ou moins polluante à produire

Il existe de nombreuses façons de produire de l’électricité, et toutes les méthodes ne se valent pas au niveau du bilan carbone.

L’électricité produite par les énergies fossiles (fioul, gaz, charbon) est une source monumentale de CO2 atmosphérique : 820 grammes de CO2 par kWh !

L’électricité hydraulique ou nucléaire ont un taux bien meilleur : L’énergie nucléaire émet près de 150 fois moins de gaz à effet de serre que le thermique charbon.

Aussi, il devient immédiatement intéressant de migrer nos serveurs hors des pays dont l’électricité est produite par des énergies fossiles ! 

Cette splendide carte  ElectricityMap vous montrera très visuellement que pour moins polluer, il faut éviter d’héberger vos serveurs aux USA, en Pologne ou en Australie… Et que la France, le Canada ou la Norvège se placent très bien sur ce classement !

Nous devons donc nous attacher à réaliser le meilleur choix de configuration pour limiter nos consommations : un serveur économe, dans un datacenter économe, alimenté par une électricité bas carbone !.

 

 

 

Sources :

RTE, Bilan électrique 2018, https://www.rte-france.com/sites/default/files/be_pdf_2018v3.pdf
RTE, Eco2mix : https://www.rte-france.com/fr/eco2mix/eco2mix-co2
Wikipédia, Émission de gaz à effet de serre par source d’énergie électrique
Intergovernmental Panel on Climate Changehttps://www.ipcc.ch/site/assets/uploads/2018/02/ipcc_wg3_ar5_annex-iii.pdf
Sylvestre Huet, Blog Lemonde, https://www.lemonde.fr/blog/huet/2019/05/06/electricite-et-co2-le-tableau-europeen/
ElectricityMap, https://www.electricitymap.org/?page=map&solar=false&remote=true&wind=false

Publié dans Actualités, Environnement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*